À propos

Présentation

Depuis la nuit des temps, la culture chinoise entretient un destin indénouable avec le firmament, vénérant ce dernier au plus haut point. Cette vénération se transmet également par la langue où l’Empire Céleste, Tianxia 天下, désigne le monde, et la Loi Céleste, Tiandao 天道, les lois de la nature. Il est donc évident que le ciel occupe une place plus qu’importante dans la culture chinoise et dans l’esprit du peuple chinois. Les légendes antiques regorgent de références au ciel, comme dans Nüwa bu tian 女娲补天 (Nüwa répare le ciel), Kuafu zhu ri 夸父逐日 (Kuafu poursuit le soleil), ou encore Chang’e ben yue 嫦娥奔月 (Chang’e s’envole vers la Lune) dont les scientifiques Chinois ont utilisé le nom pour baptiser leur sonde lunaire. La littérature de science-fiction chinoise assure donc la continuité de cette grande tradition d’aspiration céleste.

Ainsi, ce blog a pour but de faire découvrir la littérature de science-fiction chinoise à travers la présentation d’auteurs et d’œuvres, et des traductions d’interviews voire même d’extraits. N’étant pas un professionnel de la langue chinoise ni de la science-fiction en général, toute remarque est la bienvenue.

La transcription du chinois

Sur ce présent blog, les transcriptions seront faites en pinyin, système de romanisation du chinois mandarin, qui est le système de transcription du chinois le plus répandu de nos jours, et seront retranscrites en italique.

Voici une prononciation approximative de certaines lettres du pinyin, les sons véritables du chinois n’existant pas en français :

b : entre le « b » et le « p »
c : « ts » avec une forte expiration
d : entre le « d » et le « t »
g : entre le « g » et le « k »
h : proche du « r » français
i : après z, c, s, zh, ch, sh, r, se prononce comme un « e » sec, et comme un « i » après les autres consonnes
j : comme un léger « dz »
k : « k » avec une forte expiration
p : un « p » avec une forte expiration
q : « ts » avec une forte expiration
r : proche du « j » français en début de syllabes, « r » prononcé par un américain en fin de syllabe
t : un « t » avec une forte expiration
u : après j, q, x, y, comme le « u » français, ou sinon comme le « ou » français
ü : comme le « u » français
w : proche du « w » anglais
x : « ss’ »
y : proche du « y » dans le mot anglais « yes »
z : entre « dz » et « ts »
zh : « dj »
ch : « tch »
sh : « ch »
yi : proche du « i » français
er : proche de « heure » avec le « r » prononcé par un américain
ai : « ail »
ei : proche de « aye » dans « paye »
ao : comme « a-o »
ou : proche de « oh »
an : proche de « Anne » sans prononcer le « e » final
en : proche du « eune » en français, sans prononcer le « e » final
ang : proche du « en » en français
eng : proche de « sung » en anglais
ong : proche de « on » en français
ia : comme le « ia » de « asiatique »
ie : comme le « yé » de « yéti »
iu : proche de « yo »
ian : proche de « ienne » en français sans prononcé le « e » final
yan : idem
in : proche de « in » en anglais
ua : proche du « oi » en français
uo : proche du « wa » de « wall » en anglais
uai : proche du « wi » de « wife » en anglais
un : proche de « oune » en français

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s