Han Song

Han Song (1965-), auteur original et célèbre pour ses romans sombres et complexes, journaliste chinois et plusieurs fois lauréat du Prix Yinhe 银河奖1, est considéré comme l’une des principales figures du genre en Chine. Il étudia l’anglais et le journalisme à l’Université de Wuhan, et décrocha un Master en Droit. Il devînt par la suite éditeur et contributeur du journal d’État Liaowang dongfang zhoukan 瞭望东方周刊, pour lequel il écrit souvent sur les dynamiques sociales et culturelles, et sur les nouveaux développements de la science, dont certains se voient publiés, comme c’est le cas pour Renzao ren 人造人 (Humains artificiels) sorti en 1997. Son premier grand succès fut Yuzhou mubei 宇宙墓碑 (Les Pierres tombales cosmiques), sorti en 1991 dans le magazine taïwanais Huanxiang 幻象, et qui fut interdit de publication en Chine continentale pendant près de dix ans, du fait de son ton jugé trop sombre, le sens de l’humanité dans l’univers y étant réduit à des stèles mortuaires de couleur noir parsemées dans l’univers. A l’instar, sa nouvelle Wo de zuguo bu zuomeng 我的祖国不做梦 (Ma Patrie ne rêve pas), dans laquelle un État autoritaire drogue ses citoyens et les contrôle grâce au mystérieux « Comité de l’obscurité », Heian zeiyuanhui 黑暗委员会, afin d’optimiser leur rendement au travail par le somnambulisme, et pour effacer les atrocités de leur mémoire, fut également censuré.

La plupart des œuvres de Han Song est pour le moins pessimiste, même dans la description de grands projets, comme présentés dans Hongse haiyang 红色海洋 (Océan rouge), où des humains génétiquement modifiés sont envoyés au fond de la mer afin d’échapper au changement climatique et à un désastre écologique sur les terres. Un des thèmes récurrents dans ses œuvres est la montée et la possible suprématie de la Chine en concurrence avec l’Occident. Dans Ditie 地铁 (Métro), il explore les ruines et le côté futuriste du système du métro de Pékin, qui fut érigé dans les années 1970 comme un triomphe de la modernité, et qu’il ré-imagine en une dystopie kafkaïenne dans laquelle les Chinois se démènent futilement pour imiter le brouhaha et l’énergie du capitalisme occidental. Han Song profita de l’engouement populaire pour la science-fiction suscité par Liu Cixin, dont le roman Santi 3 : sishen yongsheng 三体3:死神永生 (Les Trois corps : Dead End) sorti à la même date que Ditie, pour se faire un peu plus connaître du public. Cependant, de nombreux lecteurs se sentirent désemparés après la lecture de Ditie. En réalité, en tant que l’un des premiers auteurs de la nouvelle génération, le style littéraire si singulier de Han Song et le contenu si fantastique et si sombre de ses œuvres ont toujours laissé de nombreux amateurs de science-fiction dans l’incompréhension et le désarroi, à tel point qu’il lui fut reproché par certains de rendre intentionnellement ses écrits mystérieux, violents et nauséabonds. Il suscita néanmoins, de la part de certains critiques, une forte exultation, étant considéré comme un des grands auteurs de la science-fiction chinoise. Ces derniers peuvent être représentés par la critique de Wu Yan 吴岩, professeur à l’Université Normale de Pékin :

« [Han Song] est entré dans le monde littéraire de la science-fiction avec un style postmoderniste unique en son genre. Dans ses œuvres, la grande narration propre au domaine de la science-fiction a totalement disparu. Le hasard, l’incertitude, l’insignifiance du monde et la superficialité des relations humaines entrèrent dans ses textes par une méthode totalement sinisée. Plus important est que ses romans ont presque totalement renversé les règles de contenu préétablies de la littérature de science-fiction, et firent un pas important dans la recherche d’un aspect local de la littérature de science-fiction »2.

Nous pouvons nous demander pourquoi Han Song tient tant à écrire la science-fiction de manière si singulière, si postmoderniste. Nous pouvons également nous interroger sur le sens de ces « méthode totalement sinisée » et « l’aspect local de la littérature de science-fiction ». Bien que l’intrigue et les symboles mystérieux et complexes rendent le message de ses œuvres extrêmement obscur, si nous lisons d’une façon systématique Han Song, nous pouvons cependant remarquer que ses écrits sont axés, du début à la fin, sur le développement de propositions bien définies : l’absurdité de l’existence, le néant de la vie, le présent et l’avenir de la Chine, l’obscurité de l’histoire de l’humanité, la prospérité et le déclin des civilisations, le sentiment d’échec de l’homme ordinaire confronté au puissant appareil de l’État et l’univers si mystérieux, les hideux désirs d’une époque, la misère et l’abomination de soi-même et des autres, etc…

Dans Huoxing zhaoyao Meiguo : 2066 nian zhi xixing manji 火星照耀美国:2066年之西行漫记 (Mars brille sur l’Amérique : compte-rendu d’un voyage vers l’Ouest en 2066), il se concentre sur une Amérique balkanisée et déclinante dans un monde sinocentré.

Les travaux de Han Song apparaissent aussi sous d’autres formes, comme par exemple son livre pour adolescents Rang women yiqi xunzhao waixingren 让我们一起寻找外星人 (Allons chercher ensemble les extra-terrestres), de la poésie et des essais, dont plus particulièrement la compilation de ses écrits concernant la science-fiction, publié dans l’ouvrage Xiangxiangli xuanyan 想象力宣言 (Manifeste sur l’imagination), où il y critique le despotisme ne permettant pas aux gens de laisser libre cours à leur imagination.

Œuvres principales :

Yuzhou mubei 宇宙墓碑 (1991) [Les Pierres tombales cosmiques]
Renzao ren 人造人 (1997)
Xiangxiangli xuanyan 想象力宣言 (1999)
Huoxing zhaoyao Meiguo 火星照耀美国 (2000, 2011)
Wo de zuguo bu zuomeng 我的祖国不做梦 [Ma Patrie ne rêve pas]
Shamo guchuan 沙漠古船 (2002)
Gui de xianchang diaocha 鬼的现场调查 (2002)
Gazansi de zhuanjingtong 噶赞寺的转经筒 (2002) [Le Moulin à prières du Temple Gazan]
Hongse haiyang 红色海洋 (2004)
Ditie 地铁 (2010)
Rang women yiqi xunzhao waixingren 让我们一起寻找外星人 (2011)
Meishi wutuobang 美食乌托邦 (2011) [Gastronotopia]
Anjian 安检 (2014) [Contrôle de securité]

———————————

1 Le Prix Yinhe, Yinhe jiang 银河奖 (Prix Voix Lactée), est un prestigieux prix décerné depuis 1986 de façon discontinue, puis annuellement depuis 1991, aux auteurs de science-fiction Chinois.

2 « [韩松]以别具一格的‘后现代文学风尚’进入科幻文坛,在他的作品中,科幻领域中的‘宏大叙事’完全消失,世界的偶然性、不确定性、琐碎性和人际关系的表面性以一种完全中国化的方式进入文本。更加重要的是,他的小说几乎将科幻文学所有预设的内容规则全部颠覆,在寻找科幻文学本土化方面迈出了重要的一步. »

Publicités

9 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s